La sexualité durant les menstruations

Que pensez-vous de la sexualité durant les menstruations?

Il est probable que cette question rende certaines personnes mal à l’aise, mais pourquoi est-ce le cas? Bien que chaque personne se doit de respecter son aisance par rapport à toutes activités et contextes sexuels, il faut avouer que la sexualité durant les menstruations est quelque chose de relativement tabou. Essayons de comprendre d’où ça vient…

Vous êtes-vous déjà senties gênées de demander un produit menstruel? Ou vous êtes-vous déjà demandé pour quelle raison le sang menstruel est représenté par un liquide de couleur bleue dans les annonces publicitaires de ces produits? Avez-vous déjà employé un autre terme pour signifier que vous étiez menstruées? Le fait de nier l’existence des menstruations de cette façon prouve qu’il existe un malaise individuel et sociétal entourant les menstruations (Druet, 2021).

Pourquoi est-ce le cas?

Les théories sont multiples quant à l’apparition du stigma entourant les menstruations et les chercheurs ne s’entendent pas à ce sujet. De manière générale, il fut un temps où les saignements lors des menstruations étaient considérés comme sales et impurs. À cette époque, la croyance selon laquelle il était dangereux pour une personne ayant un pénis d’avoir des rapports sexuels avec une personne menstruée était courante. On allait même jusqu’à croire que la personne pourrait attraper une malédiction ou encore une maladie quelconque (Ford CS, 1945).

Toutefois, on sait aujourd’hui que la croyance selon laquelle les rapports sexuels ayant lieu durant les menstruations sont plus sales et dégoûtants qu’à d’autres moments est complètement fausse. Dans les faits, peu importe le moment du cycle menstruel, les rapports sexuels s’accompagnent de différents types de fluides et de sécrétions. Que ce soit le liquide provenant de la lubrification vaginale, le sperme, la transpiration, l’urine ou tout autre fluide corporel, le sang des menstruations n’est pas le seul liquide à être échangé lors des rapports sexuels (Mardon, 2011). D’autant plus que le sang menstruel est l’un des seuls sangs qui n’est pas associé à la violence, pourquoi est-ce celui qui gêne le plus? Quoi qu’il en soit, le plus important est de se respecter dans ce qu’on est à l’aise de faire ou non.

Le but ici n’est pas d’influencer les gens à avoir des rapports sexuels durant leurs menstruations, mais bien de déconstruire le tabou entourant celles-ci.

Pour ce faire, on mise sur la compréhension des enjeux entourant ce tabou en ayant des informations justes concernant les menstruations. Au fond, votre corps vous appartient et c’est vous qui choisissez dans quel contexte et avec qui vous êtes à l’aise d’avoir une relation sexuelle. Ce n’est pas parce qu’une personne souhaite en connaître davantage sur le tabou des menstruations qu’elle doit nécessairement avoir des rapports sexuels durant ses menstruations. De plus, une personne n’est pas moins féministe si elle décide de ne pas avoir de rapports sexuels durant ses menstruations. Il s’agit d’un choix personnel, comme tout autre choix de pratique sexuelle.

Certaines personnes pour qui le choix est de ne pas avoir des relations sexuelles durant les menstruations pourraient ressentir une pression de compenser en s’adonnant à d’autres pratiques sexuelles, telles que la fellation. Bien qu’il s’agisse ici aussi d’un choix personnel, il peut toutefois être intéressant de se questionner quant à la motivation nous poussant à vouloir avoir recours à des pratiques sexuelles compensatoires. Est-ce que c’est parce qu’on ressent une certaine pression de performance? C’est le cas de certaines personnes qui vont ressentir une pression de performance à offrir de la sexualité à leur partenaire, parfois parce que les menstruations sont taboues dans leur relation (Lahaye, 2018). Si c’est le cas et que la situation rend l’un des partenaires inconfortables, il peut être important d’en discuter.

Contrairement au mythe répandu, il est possible de devenir enceinte en ayant une relation sexuelle non protégée pendant les menstruations.

Ce risque est plus important pour les personnes ayant des cycles courts et irréguliers. Toutefois, pour les personnes qui utilisent une méthode contraceptive hormonale et que rien n’a diminué l’efficacité de celle-ci, elles sont protégées des grossesses imprévues durant leurs menstruations. Pour savoir si ta relation sexuelle était à risque, tu peux consulter ce lien.

Finalement, que vous souhaitiez ou non aborder le thème de la sexualité durant les menstruations avec votre ou vos partenaires, l’important est que vous vous sentiez à l’aise de le faire si c’est ce que vous désirez. Parce que plus on est bien avec notre corps, plus notre sexualité sera satisfaisante.

Bibliographie

Druet, A (2021). How did menstruation become taboo? A look at the historical roots and theories behind menstrual stigma. 

Ford CS. A comparative study of human reproduction. Department of Anthropology, Yale University; 1945.

Lahaye, L (2018). Le tabou des règles: Un moyen efficace de contrôler le corps des femmes. Femmes Prévoyantes Socialistes FPS, 10p.

Mardon, A. (2011). Honte et dégoût dans la fabrication du féminin: L’apparition des menstrues. Ethnologie française, 41, 33-40.